27e festival
du cinema russe
honfleur
du 19 au 24 novembre 2019

Jury

Le Jury de la 27ème édition du Festival du cinéma russe à Honfleur :

Président du Jury / Президент жюри

Gérard KRAWCZYK,
réalisateur, producteur, dialoguiste, scénariste, acteur, photographe, écrivain.

Après une maîtrise de gestion et d’économie et une formation de réalisation et prises de vues à l’IDHEC-FEMIS, ses premiers courts-métrages sont primés dans des festivals et nommés aux Césars. En 1986 il réalise son premier long-métrage, Je hais les acteurs,qui reçoit le prix Michel Audiard. Il s’oriente ensuite vers un registre plus dramatique avec L’Eté en pente douce (1987) co-écrit avec Jean-Paul Lilienfeld. Puis il écrit des scénarios et réalise de nombreux films publicitaires. En 1997 il tourne un film musical, Héroïnes. Peu après, il est appelé à remplacer Gérard Pirès sur le tournage de Taxi, grand succès commercial. C’est le début d’une collaboration de plusieurs années avec Luc Besson, qui lui confie la direction de la seconde équipe de son film Jeanne d’Arc (1999). Il réalise en 2000 Taxi 2, qui dépasse en fréquentation le premier avec près de 11 millions de spectateurs.
En 2001 il tourne au Japon Wasabi sur un scénario de Luc Besson. Avec Taxi 3 (2003) il atteint le 2e rang au box-office et réalise la même année Fanfan la Tulipe, qui fait l’ouverture du 56e Festival de Cannes. Il revient alors à un cinéma plus intimiste, La Vie est à nous ! (2005). Sur l’insistance du public, il tourne Taxi 4 (2007), tout en préparant son 10e film, L’Auberge rouge, en collaboration avec Christian Clavier et Michel Delgado. Au box-office des recettes des dix dernières années en France, il est alors juste derrière Peter Jackson et Steven Spielberg.
A côté de la réalisation, il est aussi acteur et apparaît dans ses propres films (Héroïnes, Taxi 3). En 2014, il met en scène les deux derniers épisodes de la série TV Taxi : Brooklin, co-production internationale inspirée de ses films. En 2018 il a publié un roman, Foudroyés (Le Cherche-Midi) et a achevé le tournage d’un film en Chine. Il a actuellement un projet de tournage en Russie.

Membres du Jury / Другие члены жюри

Julie DELARME, actrice

Le film qui l’a révélée serait celui qui résume le plus joliment sa carrière, C’est la tangente qu’elle préfère, de C.Silvera. Depuis elle mène une carrière où cinéma, théatre et télévision s’équilibrent harmonieusement.
Sur grand écran, G. Nicloux (Le Poulpe), Raoul Ruiz (Le domaine perdu), Ildiko Enyedi (Simon le mage), Sam Karmann (La Vérité ou presque) ou Jean-Pierre Sinapi (Camping à la ferme) ont révélé chez elle son talent pour la dramédie. Récemment elle a incarné la fille de N. Bedos et D.Tillier dans Mr et Mme Adelman. Au théâtre, elle jongle entre classiques et modernes, joue Tchekhov (La Cerisaie), Marivaux (L’heureux stratagème), Strindberg (Mademoiselle Julie), Garcia Lorca (La Savetière prodigieuse, prix Jean-Jacques Gautier), Audiberti (Le Mal court) mais aussi Hanif Kureishi (Quand vient la nuit), Paula Jacques (Les femmes avec leur amour, nomination meilleur espoir féminin aux Molières), Neil La Bute (La forme des choses) ou Tom à la ferme de Michel-Marc Bouchard. En 2018 et 2019 elle incarne avec succès Miss Bojangles dans En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut. A la télévision on l’a vue dans Madame Sans Gêne, de Philippe de Broca, Mademoiselle Else pour Pierre Boutron ou L’Affaire Dominici avec Michel Serrault. En 2005 elle incarne l’héroïne du Silence de la mer (prix d’interprétation au festival de la fiction), peu après elle sera la grande amoureuse de Landru dans un scénario d’Emmanuel Carrère. A partir de 2012, un de ses plus grands succès est celui d’une femme détective déterminée dans Caïn (prix de la meilleure série au festival de Luchon 2012), et cette année, dans un registre radicalement différent, Moi grosse, première mise en scène de Murielle Magellan.

 

Aline-Louise ISSERMANN, réalisatrice, scénariste, auteur

Après des études de Sciences-Eco, elle est salariée agricole pendant trois ans. Auteur-dessinatrice de bandes dessinées. Journaliste dans la première équipe qui fonde le journal Libération. Puis auteur-metteur en scène de courts métrages, de longs métrages, ainsi que de 27 téléfilms et une douzaine de clips pour Bernard Lavilliers, Julien Clerc, Claude Nougaro .… Son premier long-métrage, Le destin de Juliette, est sélectionné en 1983 à la Semaine de la Critique à Cannes. Parmi ses autres films, L’Ombre du Doute fait partie des sélections officielles de festivals internationaux et obtient le prix d’interprétation féminine du public au festival de Venise. Elle a fait tourner de nombreux acteurs comme Hippolyte Girardot, Richard Bohringer, Robin Renucci, Josiane Balasko, Emmanuelle Riva, Claudia Cardinale, Francis Huster, Alexandra Lamy … Les six épisodes TV d’Une femme en blanc, avec Sandrine Bonnaire, qu’elle a réalisés pour France 2 ont fait un record d’audimat. Depuis 2003 elle a dirigé deux ateliers de cinéma à l’EICAR (mise en scène, direction d’acteurs), s’occupe d’ateliers de cinéma aux lycées de Honfleur et de Trouville ET est coach pour le scénario et la mise en scène sur des tournages de courts-métrages. Elle prépare actuellement un scénario, Alive ! tiré du best-seller Brûlée vive, éd. XO, dont le tournage est prévu en 2020.

 

Guy KONOPNICKI, journaliste, écrivain, scénariste

Il commence sa carrière de journaliste dans l’hebdomadaire culturel France-Nouvelle. Il collabore à Libération, puis au Matin de Paris. Il participe au Panorama de France-Culture, à partir de 1980, jusqu’à la disparition de cette émission, en 1999. Il a travaillé aussi dans les années 93-94 à Globe-Hebdo. À la même époque, il s’affirme comme romancier avec Au chic ouvrier, publié en 1979 aux éditions Libres Hallier. Il devient scénariste et dialoguiste au cinéma (Rouge Baiser de Véra Belmont). Il participe également à l’émission Des Papous dans la tête, sur France-Culture.
Auteur d’essais politiques et littéraires, il ne craint pas le contre-courant, comme en témoigne son Éloge de la Fourrure (Points). Parmi ses romans et ses essais : Le jour où de Gaulle est parti, Le Silence de la ville, Né après, Les Cahiers de Prague, Pour en finir avec la France éternelle, L’Amour de la politique, La Place de la Nation … Il puise son inspiration romanesque dans l’histoire contemporaine, celle des guerres et des révolutions. Ses thèmes favoris se réfèrent au communisme, au monde juif mais aussi à la mémoire populaire. Ses romans Ligne 9 (JC Gawséwitch) et Le Silence de la ville (JBZ) révèlent son fort attachement au Paris populaire, ses banlieues, son métro, etc. Son “vécu”, remanié, est également une de ses sources.
Sous le pseudonyme de Konop, il est auteur de romans policiers (Salades russes à l’ancienne, Poulet Kasher). Il a aussi écrit et réalisé le documentaire Bienvenue à Vitrolles.
Actuellement Guy Konopnicki est chroniqueur à l’hebdomadaire Marianne.

 

Marie-Pierre THOMAS, scénariste

Après des études de mathématiques, et un bref passage au C.E.A, Marie-Pierre Thomas quitte les “chiffres” pour “les lettres “.
Elle collabore à plusieurs ouvrages de Marc Ferro (L’internationale, Les sociétés malades du progrès, Le choc de l’Islam, Histoire de France), et pendant sept ans sur son émission Histoire Parallèle, diffusée sur Arte. Puis elle se consacre entièrement à l’écriture de scénarios.
Parmi ses très nombreux scénarios de films pour la télévision, citons La mort n’oublie personne (co-auteur et réalisateur : Laurent Heynemann), Poussière d’amour (co-auteur et réalisateur : Philippe Venault), et des épisodes de Femmes de loi, Avocats et associés, Section de recherche, Julie Lescaut, SOS 18, Origine, Sous le soleil de Saint-Tropez, Les Limiers, Enquêtes réservées, Interpol, La Crim’, Yann Piat, Chronique d’un assassinat …
À côté de son travail d’autrice, Marie-Pierre Thomas anime plusieurs ateliers d’écriture au sein des écoles : Les Gobelins, le C.E.E.A, l’I.N.A.
Marie-Pierre Thomas est membre du Conseil de gestion de la formation professionnelle continue des artistes auteurs à l’AFDAS, et du Conseil TV de la Guilde Française des scénaristes.